Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 23:56

 

cassure: le cycliste peut parfois en constater une quand il se relève... après avoir pris une bordure* de trottoir.

 

catégorie: les cyclistes se partagent entre plusieurs catégories :

  1. le rouleur: en général il est d'un gabarit grand et costaud. Sa tactique est de foncer dans les lignes droites qu'il trouve monotones pour s'en débarrasser le plus vite possible. C'est un véritable rouleau compresseur que rien ne fait faiblir, même si le rouleau ne fait pas le printemps. Au Pinesagouël Cyclo Club*, celui qui s'y connaît le mieux en matière de rouleau, c'est Pierre Biscarra surnommé Le Pâtissier, spécialiste du Paris-Brest-Paris*. Jamais dans le pétrin, il tient bien sa place à l'avant du peloton.

  2. le sprinter: emmerdeur de premier ordre (à ne pas confondre avec le sphincter qui lui est un petit trou du cul) qui fout le bordel dans la belle harmonie du peloton à l'approche d'une pancarte d'entrée de village. Au Pinesagouël Cyclo Club* tout le monde, un jour ou l'autre peut devenir sprinter. On a même vu un jour Auguste Lyvinec faire le sprint. C'est vous dire ! Parfois, il y en a qui s'excitent aux pancartes de fin de village. On appelle ceux-là des bourrins*

  3. le baroudeur: il roule toujours seul, loin à l'avant du peloton. S'il est équipé d'un GPS*(*voir GPS ou Guy Pierrefitte System) de mauvaise facture, il se perd tout d'un coup à un carrefour. Au PCC*, Félicien Corredera dit Félix est un baroudeur à sa façon. S'il ne roule jamais à l'avant d'un peloton, il se perd régulièrement au carrefour quand il roule loin à l'arrière. 

  4. le grimpeur: chétif, gros comme une ablette, il mange comme un moineau et chie comme un taureau. Il ne pèse rarement plus lourd que son vélo. Inutile à l'avant d'un peloton pour abriter du vent, on le voit rarement mettre le nez à la fenêtre* sauf si c'est un Velux. Guy Berlandis et Yves Minari sont sûrement, dans ce genre, les meilleurs du Pinesagouël Cyclo Club*. Ils sont facilement reconnaissables, ce sont les seuls du club qui s'habillent dans du 14 ans. Quand le grimpeur est une femme, on dit d'elle que c'est la Minus du Vélo (ne pas confondre avec la Vénus de Milo, qui, sans bras, est juste bonne à se faire grimper. A son propos, comme disait Will Rogers, la Vénus de Milo est l'exemple typique de ce qui arrive à ceux qui ne peuvent s'empêcher de se ronger les ongles).  

  5. le descendeur: il n'y a pas de morphologie spéciale pour cette catégorie. L'important, c'est d'aborder, en descente, les virages à toute vitesse, les mains scotchées sur les cocottes* et de savoir prier Saint Christophe. Un bon descendeur doit savoir prendre un virage sur l'angle* le genou posé sur le sol afin d'ajouter un point d'appui, voire le coude puis l'épaule. Et après l'appui vient le bon temps. Quand le casque frotte, il est en général trop tard pour se féliciter d'avoir pris un aussi bel angle. Les anciens motards sont en général de bons descendeurs. Au Pinesagouël Cyclo Club* André Imbert, Francis Réal et Marco font partie des meilleurs dans ce domaine. Francis et André ont appris la tagalagtactic à la gendarmerie et Marco dans une écurie moto où il était palefrenier. Leur devise est : le talus n'attend pas le nombre des années. D'autres cyclistes, comme Jeannot Sanfocolletaz et Pascal Clermont du PCC*, sont aussi des champions de la descente; il faut dire qu'ils ont une sacrée dalle en pente...ça aide...! (*voir antioxydant). ( Merci à Michel Bidault pour ce dernier paragraphe )

virage-sur-le-coude.jpg

un bon descendeur doit savoir prendre un virage sur l'angle...

  ( photo de source inconnue )

23

Partager cet article

Repost 0
Published by encyclopedieabsurdedelabicyclette.over-blog.com - dans Encyclopédie
commenter cet article

commentaires

encyclopedieabsurdedelabicyclette.over-blog.com 30/11/2010 19:28


je ne retiendrais qu'une chose, c'est que le Pierrot " est un de ces hommes de fer qui ne tombent que morts ". Vivement qu'il pleuve ! Déjà, s'il rouille un peu, ça le calmera !


Auguste Le Sprinter 30/11/2010 18:48


Concernant Biscarat, voici dans "Les 3 mousquetaires" d'Alexandre Dumas, ce qui est dit:

"Restaient Porthos et Biscarat. Porthos faisait mille fanfaronnades, demandant à Biscarat quelle heure il pouvait bien être, et lui faisait ses compliments sur la compagnie que venait d’obtenir son
frère dans le régiment de Navarre ; mais tout en raillant, il ne gagnait rien. Biscarat était un de ces hommes de fer qui ne tombent que morts.

Cependant il fallait en finir. Le guet pouvait arriver et prendre tous les combattants, blessés ou non, royalistes ou cardinalistes. Athos, Aramis et d’Artagnan entourèrent Biscarat et le sommèrent
de se rendre. Quoique seul contre tous, et avec un coup d’épée qui lui traversait la cuisse, Biscarat voulait tenir ; mais Jussac, qui s’était élevé sur son coude, lui cria de se rendre. Biscarat
était un Gascon comme d’Artagnan ; il fit la sourde oreille et se contenta de rire, et entre deux parades, trouvant le temps de désigner, du bout de son épée, ....."


Présentation

  • : Le blog de encyclopedieabsurdedelabicyclette.over-blog.com
  • Le blog de encyclopedieabsurdedelabicyclette.over-blog.com
  • : C'est parce que la vie de l'homme est découpée en plusieurs cycles, que je suis tout naturellement venu au vélo.
  • Contact